Fabulettes

A la manière des fabliaux, petits récits humoristiques en alexandrins ou en octosyllabes.
Qui n’a jamais cherché biquotidiennement la chaussette perdue ?
Musclé comme une autochenille, velu comme vingt-six bisons, entre les massifs de jonquilles, il plastronne sur le gazon. Quand il roule de la coquille, il effraie les colimaçons qui diligemment décanillent bien au delà de l’horizon. Evoluant dans la charmille en se martelant le caisson, il va de ramille en ramille et pisse au nez du hérisson. Lorsqu’il danse la séguedille, les antennes en bandaison, les limaces dont l’œil pétille tombent toutes en pâmoison. Pour honorer cette...
Lorsqu'avec ses enfants, vêtus de joggings roses, il atteignit enfin le « Camping des Flots bleus », Caïn soupira d'aise et s'offrit une pause, mais ne fit qu’un instant partie des gens heureux. « Où donc est passé Pif qui dormait à l’arrière ? J’ai beau fouiller le break, je ne vois pas le chien. – Il sera descendu, l'aventureux pépère, à la station service où tu as fait le plein. » Un coup de fil aux flics inaugura l’attente. Les joyeux vacanciers commençaient à...
Méchant, roublard, avare, égocentrique, fervent pilier des pubs et des « taverns », tel vadrouillait en pays gaélique un forgeron nommé Jack O'Lantern. Un soir au zinc, magouilleur sans vergogne, il truanda le fourbe Lucifer. Il en obtint que son âme d'ivrogne au grand jamais ne rotisse en enfer. Ipso facto quand Jack se fit la malle, il réclama sa place au paradis, mais le portier découvrant son nez sale eut l'enthousiasme un chouïa refroidi. L'eut beau pleurer, l'eut beau se mettre...
A l'aquarium de La Palma, le plus sympa des poissons-zèbres, qui savait le grec et l'alzèbre, poétisait en pyjama. Un soir, le téléphone arabe lui révéla qu'au Portugal les « Zamis de l'octosyllabe », tenaient un congrès sans égal. Ces lettrés l'avaient à la bonne, une fois bien documenté, il choisit d'aller à Lisbonne dans un bocal héliporté. Mais son étrange gyroplane, trop faiblement motorisé, aussi pataud qu'aérophane, fut emporté par l'alizé. Si l'on en retrouva...
Où s'est barré mon poisson rouge qui nageait sur le guéridon ? Dans son bocal, plus rien ne bouge, lui qu'était vif comme un gardon. Aurait-il pris de vraies vacances dans une vasque en bord de mer ? Ou va-t-il traîner son errance de Rotterdam à Vancouver ? Je fonce à la gendarmerie, annoncer sa disparition. La gendarmette est attendrie en prenant ma déposition : « Et s'il vivait une amourette, comm' dans la chanson de Gréco, avec une bergeronnette, une fauvette ou un moineau ? »...
Dans un massif de micaschiste, Ornementé d'ajoncs en fleur, Un aspic anticonformiste Se prenait pour un footballeur. Chaque matin, notre reptile, Singulièrement inventif Poussait une bille en argile, Faute de pied, du bout du pif. Ce nez, qu'il avait en trompette, En faisait un sacré buteur. Il fit sans tarder la conquête D'une lézarde à l’œil moqueur. Qu'on soit mouflet, qu'on soit vipère, Il est bon de le rappeler : Jouer au foot en solitaire N'est qu'un modeste pis-aller. Il briefa...