La solitude du peuplier

 

 

Au bord de l’onde un peuplier

n’en pouvait plus de solitude.

Sans la moindre mansuétude,

le vent l’avait un peu plié.

 

Pour adoucir son mal à l’âme,

le propriétaire du pré

y planta trois joyeux cyprès

comme autant de soyeux dictames.

 

Mais les cyprès étaient si près

du peuplier que leurs racines

s’échangèrent quelques toxines.

Ainsi périrent les cyprès.

 

Le moral du malheureux tremble

en fut gravement saccagé

Comme il est déjà très âgé,

pour ce bon peuplier, je tremble.

 

Il y avait naguère un hêtre

à vingt mètres du peuplier

Le bel arbre eut beau supplier

un bucheron le pris en traître.

 

Un charpentier, de main de maître,

en fit un superbe escalier…

et le malheur du peuplier

auquel ne manquât qu’un seul hêtre.