Brèves de comptoir

 

L'affaire tint huit jours dans la presse brestoise 

avant d'être rangée au fin fond du placard.
« C'est plutôt décevant. – Qu'espérais-tu Nanard, 

qu'ils trouvent l'assassin ? – Milo ? une cervoise. 

 

– Et pour moi, ce sera un ballon de gamay.
– C’est à se demander à quoi tout cela rime :
on ne sait toujours pas s’il s’agit d’un vrai crime. 

– Et je crains fort les gars, qu’on le sache jamais.

 

– N'avez-vous pas tiqué sur l'absence de fringues ? 

– En effet les nanas étaient à poil. – C’est dingue : 

ces ânes de perdreaux ne l’ont pas remarqué ! 

 

– Cela militerait pour la version naufrage :
elles étaient au pieu pour quelque enfantillage 

lorsque sur les récifs, leur yacht s’est disloqué. »

 

suite