Le jour de l'an 

 

S'il est une manœuvre que Félix apprécie, c'est bien de nous faire chavirer, puis de jaillir de l'onde, à seule fin d’épater les jolies baigneuses. À condition bien sûr que l'eau soit tiède et cristalline. Il n’a pas encore eu l'occasion d’utiliser son savoir-faire pour se tirer d’un mauvais pas. 

J’y suis un peu pour quelque chose. Je suis un bateau très sûr, très tolérant, toujours prêt à récupérer les bévues de son pagayeur. Sans doute, Félix dispose-t-il aussi d’un ange gardien de très haut niveau. Ce dont il y a tout lieu de se réjouir, mais qui nous laisse tout d même dans l'incertitude. Comment se comporterait mon bipède s’il chavirait à l’insu de son plein gré ? 

Nous avons enfin la réponse. Mon kayakiste vient de connaître le baptême du feu. Ou plutôt de l'eau. Glacée ! 

Le ciel est gris. La mer est grise. Belle à peu agitée, comme disent les gens de la météo marine. Un beau temps d'hiver, plus favorable à la lecture qu'à l'eskimotage. Mais quand un évènement doit se produire de manière imprévisible, on n'en choisit pas la date. C’est le principe. Celui-ci s’est produit le premier janvier à midi pétantes. Au même instant, partout en France et dans les régions périphériques, les gens normaux essaient de récupérer de leurs débordements nocturnes avant de passer à table. Mais ni Félix, ni ses copains, ne sont des gens normaux. 

Ils ont préféré, pour fêter le jour de l'an, s'offrir une petite balade en mer à la pointe Saint Matthieu à l'extrême ouest du Finistère. A midi pétantes comme précisé plus haut, Jeff soulève sa jupette et sort une bouteille de champagne sous les acclamations. 

– Les copains, c’est l'heure de l'apéro. Et c’est tout de même le jour de l'an! On va donc s’offrir un petit extra.
– Bonne idée, j'ai des biscuits, attendez que je les attrape. 

Félix se retourne pour saisir un petit bidon fixé sur le pont arrière... Et plouf! Enfin l'occasion tant attendue! 

Cul par dessus tête, si tant est qu'un kayak de mer puisse s'exprimer ainsi, j'attends la suite avec intérêt. Après quelque agitation désordonnée, mon kayakiste place enfin sa pagaie. Un vigoureux coup de rein lui permet de sortir une seconde la tête de l'eau, juste le temps d'aspirer une bonne goulée d'air marin... 

Une seconde tentative, plus maladroite que la première, se conclut par un juron. La troisième, désespérante, se passe de commentaire. Je ne demande qu’à l’aider dans sa démarche, encore faut-il qu’il y mette du sien. Mais il semble avoir oublié tout ce qu’il a si laborieusement appris. En désespoir de cause il arrache sa jupette, sort du cockpit, et vient barboter à mes côtés en braillant comme un veau marin. 

– Les gars! Sortez moi de là! Vite! Ça caille! 

Jo et Michel ne semblent pas mécontents de l'occasion qui leur est donnée de mettre en œuvre leur savoir-faire en matière de techniques de récupération. Mais laquelle choisir?EnHouenT ?JeffprécisequeleHn’estpassa tasse de thé. 

– Au lieu de dire des conneries, maniez-vous. Ça super caille !
– Félix, un peu d'humour. Tu sais bien qu'on va te sortir de là, d'une façon ou d'une autre; 

– .................. !!!! 

Le lecteur m'excusera si je dois ici censurer les propos de mon pagayeur, mais je tiens à conserver à mes récits une certaine tenue. Qu’on sache seulement qu'ils ont le mérite de déclencher le processus. 

Jo, assuré par Michel saisit ma pointe avant. Je suis lentement hissé sur le radeau improvisé, retourné, vidé, remis à l'eau. 

– Vas-y Félix, embarque ! 

C’est assez laborieux. Le petit clapot ne facilite pas l'opération. Mais stimulé par une bonne giclée d'adrénaline, mon kayakiste finit par retrouver sa place normale. Il assure sa jupette en claquant des dents. 

– Brrr.... qu'est-ce que ça caille.
– J'ai du café chaud dans une thermos.
– Bravo Michel! J'espère que tu ne l'a pas fixée sur le pont arrière!
– On se met tous en radeau!
– Comme ça on pourra enfin goûter aux petits gâteaux de Félix. S’ils étaient au sec.
– Et le champagne ?
– On verra ça plus tard. 

Félix est le premier servi. Il a la tronche et les mains violettes. Les yeux hagards. Il renverse la moitié de son jus, ce qui lui valut une seconde rasade. 

– Bon maintenant route terre! Ça réchauffera un peu notre naufragé.
La flottille met le cap sur la plage la plus proche. Mon kayakiste pagaye dans un état second. Je le sens maladroit comme au bon vieux temps de son apprentissage. 

La première crique fait l'affaire. Comme le vent souffle de terre, la mer y est très calme. À peine débarqué, mon pagayeur se déshabille, se frictionne, enfile des vêtements secs et reprend enfin des couleurs normales. 

– Et maintenant, le champagne ! Félix, à toi l'honneur.
– C’est la moindre des choses. Un premier dessalage suivi d'une première récupération, le premier jour de l'année. Ça s’arrose ! 

 

Mon bipède saisit la bouteille et délivre le bouchon. Il n'a pas besoin de forcer, le précieux liquide lui gicle à la figure et se répand sur ses vêtements secs. 

 

suite