Balade à l'aurore

Le soleil se levait sur Petropavloski.

La journée s'annonçait lumineuse et frisquette

La radio diffusait de l'Igor Stravinski.

Nanard se réveilla, benoît dans sa chambrette.

 

Le moral au beau fixe, il fit un gros caca,

s'offrit un grand kawa, grignota deux tartines,

avant de s'en aller, coiffé de sa chapka,

flâner sur le musoir plein de senteurs marines.

 

Au large on pouvait voir flirter des cachalots,

deux marsouins marsouinaient à quelques encablures.

un couple de fulmars cinglait au ras des flots.

Comment ne pas sentir l'éveil de la nature ?

 

Il troublait méchamment notre ancien maître-coq.

Quand il s’amourachait, ce n’était pas du toc.

 

 

suite