Jean Duval de Laval

 

Jean Duval de Laval, en fringant équipage,

passe, bon an mal an, quinze jours à la mer.

Il lui faut tout d’abord se farcir en voyage

les bouchons sur l’A10 (ce qui le rend amer).

 

Depuis quelques étés il chevauche une planche.

Il se vautre souvent mais n’en est pas honteux.

Fana des demi-dieux surfant l’écume blanche,

il ira, c’est promis, glisser à côté d’eux.

 

Sur le flot rassurant, comme il est gauche et veule !

L’arrière-train tendu, qu’il est comique et laid !

Les surfeurs aguerris se fichent de sa gueule,

mais lui, l'âme au zénith, fait comme s'il volait !

 

Jean Duval est semblable au prince des nuées,

entiché de Thétys, se riant de l’archer.

Dans son body fluo, nonobstant les huées,

tel Jésus, sur la mer, il rêve de marcher.