Un pétrel illettré

 

Dans un bel archipel prospérait un pétrel

que ses copains trouvaient un poil caractériel.

En mer il rouspétait, à terre il s’empêtrait.

 

Ce pétrel illettré se la pétait sévère.

 

A petits pas comptés, fièrement il errait,

le bec humant le vent, le croupion solennel,

tout comme s’il était le roi de l’archipel.

Cormorans, huîtriers et sternes se marraient.

 

Le pétrel illettré se la pétait sévère.

 

En outre, allitérait ce pétrel sédentaire.

« Mais dites-moi pourquoi faut-il qu’il allitère ?

Allitérer ses vers, est-il plus aberrant,

vitupérait Lily, la mouette littéraire,

et venant d’un pétrel, c’est vraiment atterrant ! »